Les auto-entrepreneurs s’invitent dans le débat présidentiel

Avec la conjoncture économique, les auto-entrepreneurs sont de plus en plus nombreux avec une réelle volonté de s’imposer sur le long terme. S’étant constitués en association, ils ont décidé d’entrer dans le débat politique afin de formuler un certain nombre de doléances aux politiques. Face à une ubérisation progressive de l’économie, le statut d’auto entrepreneur reste une solution efficace pour lutter qui tend à déréglementer les flux financiers. Voici les demandes des auto-entrepreneurs en cette période électorale.

Quelles sont les principales demandes des auto-entrepreneurs ?

Parmi les principales demandes de la fédération des auto-entrepreneurs, on y décèle des besoins de reconnaissances symboliques, de protection sociale et de mesures visant à les protéger en cas de perte d’emploi.

D’abord, ils estiment que l’appellation «micro-entrepreneur » ne saurait être acceptée et il s’agit d’un changement de nom qui est source de confusion. Cela traduit surtout le manque de considération à l’égard des auto-entrepreneurs et ceux-ci demandent le retour au premier vocable. Pour la protection sociale, la fédération des auto-entrepreneurs exige une amélioration de la couverture sociale de ses différents membres. Une allocation chômage est envisagée à travers la création d’un fonds de soutien économique et qui est financé par les cotisations des auto-entrepreneurs.

Par ailleurs, des indemnités journalières sont réclamées de même que la révision des règles en cas de congé maternité. Pour ce dernier point, il faut dire que l’absence de règles de coordination entre le Régime général et le RSI entraîne de nombreuses anomalies, notamment le fait de n’avoir que 562 euros pour une durée d’arrêt de 44 jours. Une réévaluation du montant minimum des allocations maternité, du calcul charges auto entrepreneur le maintien des droits et de changement régi et une clarification des règles d’attribution des prestations de la CAF sont, par ailleurs, sur le cahier de doléances.

Zoom sur l’activité d’autoentrepreneur

Aujourd’hui, on compte plus de 1 million d’auto-entrepreneurs qui se sont enregistrés en France. Cependant, seuls 61% des auto-entrepreneurs inscrits ont voulu déclarer leurs chiffres d’affaires. Un chiffre encourageant, environ 37% des auto-entrepreneurs sont des femmes. La tendance est à la hausse et on devient bientôt atteindre les 40 ou 45%. Toutefois, il faut dire que la majorité (52%) des auto-entrepreneurs exerce leur activité à titre secondaire. Dès lors, son chiffre d’affaires ne peut dépasser un certain seuil. Ils peuvent alors, sur option, choisir de payer l’impôt par prélèvement libératoire en même temps que le calcul charges auto entrepreneur.