Tout savoir sur la création d’une société à Dubaï

Tout savoir sur la création d’une société à Dubaï

Les Émirats arabes unis (UAE) sont un pays de plus en plus privilégié par les créateurs d’entreprise qui souhaitent internationaliser leurs activités. Sont en cause, une fiscalité attrayante et des conditions de création de société assez souples. Si, comme ces dirigeants, vous envisagez de procéder à la création d’une société à Dubaï, il y a des conditions que vous devez connaître. Découvrez tout ce qu’il faut savoir avant de lancer un business à Dubaï.

Les avantages de la création d’une société à Dubaï

Créer une entreprise à Dubaï revêt de nombreux avantages. Cependant, au moment d’installer votre activité dans la ville phare des Émirats arabes unis, il est important d’éviter certains pièges. Pour cela, certaines entreprises vous proposent un accompagnement afin d’implanter votre business à Dubaï. Concernant les avantages de la création de société dans cette ville, il convient de noter en premier lieu l’aspect fiscal. En effet, à Dubaï, vous n’êtes pas assujetti à l’impôt sur les sociétés ni à la TVA.

A lire également : Tout savoir sur la logistique e-commerce

De plus, vous avez une grande liberté de choix quant à la structure de votre entreprise. À cela, il faut ajouter les nombreuses facilités inhérentes à la création de société dans la première ville du pays. Par ailleurs, il faut mettre l’accent sur la croissance économique de la ville, laquelle s’inscrit dans la dynamique nationale et repose essentiellement sur l’excellence de son tourisme. D’autres atouts l’aident à se démarquer. Il y a entre autres la législation plutôt souple qui encourage la création d’entreprise, même pour les étrangers. Si vous souhaitez vous lancer, cliquez ici pour en savoir plus sur les modalités de création de société à Dubaï.

création de société à Dubaï

A lire aussi : Illuminer son jardin et le rendre féérique

Comment se déroule le processus de création d’une société à Dubaï ?

Comme en France et dans d’autres pays, il existe plusieurs formes de société aux UAE. La société offshore est la plus indiquée si vous souhaitez uniquement bénéficier des atouts fiscaux de la ville. Elle n’exige pas de bureau ou d’employés, ni de travailler avec des partenaires locaux. Avec cette forme, vous ne pouvez non plus avoir de visa de résidence ou de travail. A contrario, la société free-zone est la plus conseillée si vous aspirez à avoir des bureaux, travailler avec des fournisseurs locaux et détenir 100 % du capital de votre entreprise.

Cette structure est la plus plébiscitée par les entrepreneurs étrangers, dans la mesure où elle offre davantage de stabilité. Pour créer une société à Dubaï en free-zone, vous devez d’abord en définir la forme juridique. Ensuite, il faudra choisir le nom de votre société et le déposer auprès du département du développement économique de Dubaï. L’étape suivante consiste en l’immatriculation de la société. Cela implique de fournir certaines pièces, lesquelles dépendent de la forme juridique, de la structure et des activités de l’entreprise.

Les pièces seront déposées au bureau d’immatriculation de Dubaï. Par la suite, il vous faudra faire une demande de licence commerciale. Ce préalable est obligatoire pour pouvoir créer une société dans cette ville émiratie. Il existe différents types de licences en fonction de l’activité exercée. La demande est sujette à la présentation de certains documents. De même, vous devez ouvrir un compte bancaire professionnel dans l’Émirat dubaïote.

Combien coûte la création de société à Dubaï ?

En termes de coût, l’intervalle de prix pour créer une société à Dubaï est plutôt large. Cela s’explique par les nombreux avantages fiscaux dont bénéficient les entreprises dans la ville. Il faut tenir compte de la forme juridique de la société, du type d’entreprise, du nombre de visas que vous demandez, etc. En considérant ces variables, il faut prévoir entre 5 000 et 40 000 euros pour vous implanter à Dubaï. Un budget à revoir à la hausse si vous sollicitez l’accompagnement d’un professionnel local. À cela s’ajoute le coût de la licence, qui va de 3 500 à 5 000 euros.