Comment choisir entre SARL et SAS ?

Comment choisir entre SARL et SAS ?

Êtes-vous un créateur d’entreprise ? Vous hésitez entre SARL, EURL ou SAS (ou SASU) ? Pour choisir, vous devez comprendre les 3 principales différences dans les dépenses de rémunération et de dividendes. Explications de nos experts.

1. Différence entre SARL, EURL ou SAS (ou SASU)  : montant des cotisations de sécurité sociale payables sur la rémunération des cadres

Le montant des cotisations de sécurité sociale payables sur la rémunération de la direction varie selon que la société est une société LLC, EURL ou SAS . Par conséquent, c’est souvent ce critère qui est utilisé entre la LLC ou THESA .

A découvrir également : Comment envoyer une campagne de sms en ligne performante ?

  • Dans LLC (ou EURL) , le gestionnaire qui détient plus de la moitié du capital (gestionnaire majoritaire) a le statut deet verse des cotisations de sécurité sociale comprises entre 35 % et 55 % de sa rémunération nette.
  • Dans SAS (ou SASU) , le directeur, qu’il soit président ou directeur, a le statut d’employé équivalent et paie des cotisations de sécurité sociale comprises entre 50 et 70 % de sa rémunération nette.

En général, le principal avantage de la LLC par rapport à la SAS est que le montant des impôts sur les salaires que le chef de la 7 ; société paie sur sa rémunération est plus faible, surtout si la rémunération est importante .

Si votre priorité est de maximiser votre rémunération immédiate :

A découvrir également : L’intérêt du Golden Circle de Simon Sinek pour votre stratégie digitale

  • Choisissez SAS /SASU si vous prévoyez de vous verser un salaire inférieur à 25 000€ (statut équivalent en tant qu’employé).
  • Choisissez SARL/EURL si vous prévoyez de vous payer plus de 25 000€(statut indépendant) 

2. Quels sont les avantages et les inconvénients ?

Les entreprises sont confrontées à une multitude de choix lorsqu’il s’agit de structurer leurs activités commerciales. Une des décisions les plus importantes et critiques est celle du statut juridique qu’elles vont adopter pour exercer leur activité. Deux des structures commerciales courantes en France sont la SARL (société à responsabilité limitée) et la SAS (société par actions simplifiée). Chacune offre des avantages différents et comporte également certains inconvénients que les entrepreneurs doivent prendre en compte afin de bien choisir celle qui correspond au mieux aux besoins spécifiques de leur entreprise.

La SARL a longtemps été considérée comme la forme d’entrepreneuriat présentant un risque le plus faible car elle limite la responsabilité personnelle du fondateur ou des actionnaires, ce qui signifie que si la société fait faillite, il n’y aura pas une grande perte financière pour eux. Elle a également l’avantage d’être relativement facile à mettre en place – génial si vous êtes pressés de commencer votre business ! La déclaration officielle peut être effectuée rapidement et sans trop de paperasse via un notaire ou un avocat expérimentés ; par contre, pour cristalliser sa contribution personnelle au capital social, chaque associé devra fournir une garantie solidaire supplémentaire ce qui impliquera certainement un coût financier non nul.

3. Comment choisir en fonction de votre activité ?

Lorsque vous décidez de créer une entreprise, il est essentiel de comprendre les différentes modalités juridiques et en particulier la différence entre SARL et SAS. Une fois que vous avez pris connaissance des principales caractéristiques qui distinguent ces structures juridiques, vous pourrez alors prendre la bonne décision quant à votre choix.

Une Société à responsabilité limitée (SARL) se compose d’un ou plusieurs associés ayant le pouvoir de diriger l’entité collectivement. Les associés sont également responsables financièrement du passif social et ne peuvent pas être personnellement tenus pour responsables des dettes contractées par la société. Un avantage supplémentaire liée aux SARL est que son capital social n’est pas totalement libérable en cas de dissolution anticipée.

La structure d’une Société par Actions Simplifiée (SAS) est très similaire puisqu’elle partage un certain nombre de caractéristiques avec celles des SARL comme le fait qu’elle soit constituée d’actionnaires répondant individuellement mais non solidaires vis-à-vis des dettes engageant au titres les activités exercices par l’entité collectivement gérée par les actionnaires eux mêmes. Cependant, tout comme les SARL, elle offre une assurance supplémentaire aux investisseurs : leur capital social restera intouchable en cas de dissolution anticipée ou forcée. Enfin, contrairement aux SARL qui exigent un minimum obligatoire fixe pour constituer une entité, ce montant variera selon le type spécifique choisi pour votre structure SAS sans imposer un plafond sur ce minimum requis.

Être accompagné dans tous les aspects administratifs de sa future entreprise

Au fil du temps, les salariés ne se sentent plus à leur place dans le monde du salariat. Une partie change de voie professionnelle, retournant ainsi vers des écoles ou des centres de formation. L’autre décide quant à elle de se former dans une activité professionnelle dans le but de devenir leur propre chef. Toutefois, il existe de nombreux statuts permettant de pratiquer une activité professionnelle pour leur compte. Parmi ces statuts, nous pourrons par exemple citer l’autoentrepreneur. Ce statut permet d’exercer légalement son activité professionnelle. À noter qu’une grande partie de la population d’entrepreneurs décide de rester autoentrepreneur tout le long de leur vie professionnelle. D’autres sont dans un stade où le chiffre d’affaires ne permet plus de rester sur ce statut.

En effet, certains de ces entrepreneurs sont alors contraints de passer sur un statut juridique plus important comme par exemple la SARL, la SASU, ou l’EURL. Cette mise à jour n’est pas toujours facile, car au niveau de l’administration, cela demande un travail colossal. C’est notamment pour cela que nous vous conseillerons d’aller consulter ce site internet pour en savoir plus https://www.l-expert-comptable.com/a/534590-statut-sasu.html et être potentiellement accompagné.